top of page

Métallurgie primitive au pas de l'aiguille à Chichilliane (38)

Dernière mise à jour : 13 janv.


Nous avons retrouvé des amas de scories d'origine ferrugineuse au pied du pas de l'aiguille.




Nous savons que l'activité sidérurgique du Trièves a commencé à partir de l'an 1534, où des fouilles ont été ordonnées par le roi François 1er. Les mines de minerais métallifères de la commune de Mens, situées sur la plaine de mont vallon aux lieux dits" les mines " et " les plantas ", ou alors sur la montagne du Thau à coté de cornillon, ont pendant longtemps été exploitées par les moines de la chartreuse de Durbon (St-Julien-en-Beauchêne 05).

Les techniques utilisées par les chartreux à partir de cette époque consistent à l'élévation de grandes cheminées dit de "Hauts fourneaux ", une élaboration de la fonte (fer qui contient plus de 2% carbone) par un principe d'oxydoréduction suivi d'une étape d'affinage pour en obtenir de l'acier.


Les recherches ont montré que les hauts fourneaux, de par leurs ampleurs industrielles, nécessitaient une énergie considérable, et étaient souvent rattachés à des cours d'eau moyennant une force motrice pour amener de l'air dans les cheminées via des trompes dauphinoises, mais également pour activer les martinets afin d'en étirer la matière.


La morphologie du site où se trouve l'emplacement des scories du pas de l'aiguille est relativement éloignée du cours d'eau, la nature des scories ressemble fort à " un crassier " qui témoigne d'une technique plus ancienne que l'on nomme "Bas fourneaux ". Les bas fourneaux sont recensés comme les techniques les plus anciennes de la fabrication du fer c'est à dire 1200 ans avant JC, et ont été utilisés jusque en l'an 1100. Un delta de 2000 ans où l'on fabriquait directement de l'acier sans passer par la fonte. La particularité de ces fourneaux à petites infrastructures sont faciles à fabriquer et nécessite peu de combustible , idéal pour la pratique de la métallurgie nomade comme pouvait pratiquer les gallos romains vers l'an 200 .

D'après plusieurs scories analysées et retrouvées dans des champs, forets ou autres , les gallos romains étaient fort doués pour extraire de faibles filons ferrugineux pour en extraire du fer naturel dans des zones montagneuses .

Les datations de la métallurgie nomade coïncide étroitement avec le moment.


Quelques éléments m'ont permis de trouver des pistes, et j'ai un peu pu avancer sur une hypothèse .

Dans mes multiples livres sur la métallurgie dauphinoise et trouvant de vieux documents sur internet , visiblement un peu partout en Isère on trouve des anciens "crassier " , siège d'un four primitif dans les hauteurs des alpes érigé par les gallo romains, dans les champs et forêts ces crassiers sont bien des bas fourneaux.

D'après les documents de Jean Claude Michel, il y eu pas mal d'activités à la préhistoire au pas de l'aiguille mais ils ne mentionnent pas d'activité gallo-romaine à ce jour .

Un élément m'a frappé ...... La carrière romaine de Cléry a été en activité à partir de 200 ans après JC alors que les romains prennent les alpes à partir l'an 125 .

Un lien peut être rapide que je me suis fait ........ ? Est ce que cette production primitive pour fabriquer de l'acier a t-elle un lien avec les outils utilisés pour l'extraction de la carrière ?

Affaire à suivre




82 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
bottom of page