top of page

L'aciérage, une technique ancestrale

Dernière mise à jour : 18 févr.




Pour comprendre ce qu'est l'aciérage il faut déjà savoir ce qu'est un acier – ( cliquez ici pour en savoir plus sur la famille des aciers. )

Un peu d'histoire :

Avant l'ère industrielle où le choix des matériaux était un peu plus restreint (avant 1850), le choix des aciers était donc également plus limité.


On regroupait les aciers par 4 familles ; plutôt empirique; en terme de teneur en carbone :


Fer : Un acier avec une très faible teneur en carbone – Bandage de roue de charrette – accessoire du quotidien, serrure, portail...

Acier mi dur : acier à teneur approchant les 0,4% de carbone

Acier du r: à partir de 0,6% carbone

acier extra dur : à partir de 1% carbone


Quand les forgerons utilisaient un métal pour « ferrer les ânes » , ils appelaient ça du « fer ». Ils parlaient donc d'un fer mou et très malléable, inutilisable pour le tranchant d'un outil car pas trempable, mais cependant utilisable pour la fabrication du bâti de l'outil. Celui-ci est bien moins cher et surtout facilement forgeable , facilement soudable .






Pendant très longtemps, les aciers à forte teneur en carbone étaient rares et souvent très chers car difficile à contrôler au moment de la fabrication. Ils étaient mis de coté et vendu comme produits prestigieux aux facteurs d'arme, taillandiers, couteliers ou forgerons de campagne.

Ces aciers durs qui servaient uniquement à la fabrication d'arme de guerre, d'outils tranchant, par souci d’économie, les forgerons l'utilisaient avec parcimonie.



Ces aciers carburés étant souvent vendus sous forme de lingot, ressemblant un peu à la forme de la célèbre pierre d

es Pyrénées, étaient rapportée sur le taillant de l'outil via une opération de soudure au feu ( voir video ci dessus).




Lingot gallo romain -" extrait - les maitres de l'acier -musée dauphinois"



Le terme aciérage provient donc du fait de rapporter un « acier » à forte teneur en carbone sur un bâti en fer.

Rechargement d'une bisaiguë -Atelier LET -2020

Aciérage de ciseaux de charpente


Mais pourquoi on ne trouve quasiment plus d'outils aciérés ?

A partir de 1850, les aciers à teneur homogène en carbone étaient de plus en plus courants et les taillanderies industrielles, par souci de rentabilité préféraient utiliser des aciers où l'on pouvait s'épargner l'opération de cette soudure au feu, technique, délicate à appliquer, avec souvent de grosses marges d'erreurs. Les industriels ne pouvaient pas se permettre de fabriquer des outils comportant des "défauts visuels".

A cette époque , les aciéries commencent à proposer diffèrent type d'acier avec des compostions de carbone contrôlé et avec des volumes plus conséquent .

L'acier Mi-dur qui correspond à un acier type XC48 est devenu généralisé dans les taillanderies industriel . C'est acier de bonne qualité mais peu tenace,et surtout très standardisé car il est beaucoup utilisé dans la construction mécanique.

L'empreinte des taillanderies industrielles est encore bien marquée aujourd'hui , le choix de fabriquer en masse des outils en acier homogène rend la production plus simplifiée . Ce n'est pas qualité de l'acier qui créé un mauvaise outils ,c'est très souvent le traitement thermique ( TTH) qui est appliqué dessus (Un traitement thermique sur les aciers c'est quoi ?). L'outil est peu couteaux mais comportant certaine limite technique , qui peuvent particulièrement être adapté à un utilisateur occasionnel .

Le outils industriels moderne ne sont globalement pas tous de mauvaise qualité, je pense qu'il faut prendre du recul par rapport à ce raisonnement. Ce n'est pas parce que c'est industriel que c'est mauvais , prenons exemple sur le celebre couteau opinel qui fait encore toute ses preuves aujourd'hui .Selon les fabriquants, les TTH ne sont pas correctement appliqués certes mais la géométrie et la forme des outils que nous retrouvons dans leurs catalogues ont été complètement généralisé pour correspondre au plus grand nombre. Les outils dit " de métier" ce sont perdu.

Quand les grandes taillanderies industrielle du 19ieme siècle proposaient des catalogues avec plus de 1000 outils spécialisé ,les taillanderies actuel n'en propose pas plus de 100.


Actuellement les taillanderies industriel et les taillanderies artisanal restent complémentaire. Les artisans créés des outils plus spécialisé, avec des aciers plus performants , plus facilement affutable et plus tenace et un bâti de l'outils plus absorbant ,des outils de métiers avec un suivi d'échange ouvrier/taillandier.




Mais alors techniquement, ça apporte quoi un aciérage ?

Tout d'abord, un outil comportant un bâti en fer (donc avec un matériau plus malléable et une capacité d'amortissement du choc plus forte) aura un gain considérable en terme d'économie d’énergie pour l'ouvrier qui travaille plus d'une journée avec son outil.


Ensuite, étant donné absorption du choc par le bâti, il est possible par la suite de mettre un acier plus dur sur le tranchant, ce qui permet d'avoir une capacité de coupe plus longue dans le temps.

On regroupe donc l'avantage de chaque acier différent sur un même outil!

Autre avantage de l'aciérage : sa facilité d'affutage.

Au vue de la géométrie du tranchant composé à 50% d'acier doux et 50%d'acier dur, la durée d'affutage est quasiment divisée par 2.

Donc voici les 3 points à retenir :

-Absorption du choc ( ergonomie)

-Acier plus efficace

- Facilité d'affutage

-Moins de résonnance






305 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page